Publié sur 3 July 2019

La chirurgie du cerveau et de Parkinson Tremblements

Une femme est éveillée sur une table d’opération, son bras tendu trembler de façon incontrôlable. Une équipe de quatre médecins l’entourent, et après quelques secondes, secouant arrêts.

Ce moment a été la première fois en sept ans que l’étaient si graves, le patient âgé de 67 ans de l’Inde a connu le soulagement de tremblements qu’ils l’empêchaient de dormir la nuit.

Une vidéo de la chirurgie a circulé dans le monde entier.

Pour certains, il peut sembler un miracle. Mais grâce à la médecine moderne, il est l’une des nombreuses options disponibles maintenant à ceux qui vivent avec la maladie de Parkinson.

« Cette chirurgie est la « vraie affaire ». Dans cette vidéo, l’équipe neurochirurgicale crée une petite lésion dans la partie du cerveau qui contrôle les tremblements et, comme prévu, elle se traduit par une amélioration immédiate du tremblement « , le Dr Nader Pouratian, chef de la neurochirurgie fonctionnelle à l’Université de Californie , Los Angeles (UCLA), a déclaré nté.

« Bien que la chirurgie semble [à] la science-fiction, le concept de lesioning le cerveau et la réalisation de contrôle des tremblements, comme le montre la vidéo, est vieux de plusieurs décennies », a ajouté Pouratian.

« Il est une procédure relativement sûre. Pour les patients qui sont gravement handicapées par le tremblement, telle qu’elle interfère avec leur qualité de vie et la fonction, ces chirurgies sont extrêmement précieux et le ratio risque-bénéfice est très favorable « .

Comment affecte le corps de Parkinson

Environ 1 million d’ Américains vivent avec la maladie de Parkinson. C’est plus que le nombre total de personnes atteintes de sclérose en plaques, la maladie de Lou Gehrig, et la dystrophie musculaire.

Parkinson est une maladie neurodégénérative, et la diversité de la maladie signifie que deux personnes éprouvent de Parkinson exactement de la même manière.

Les symptômes communs qui peuvent se développer lentement au fil des années comprennent des tremblements, une lenteur des mouvements, des problèmes d’équilibre et de la marche, et la rigidité des membres.

les gènes des facteurs de risque pour la maladie diffèrent entre les patients, mais il y a des points communs.

« Qu’est-ce que les patients atteints de la maladie de Parkinson ont en commun est une accumulation anormale d’une protéine appelée alpha-misfolded synucléine dans les cellules du cerveau. Cette accumulation de cette protéine a tendance à affecter un groupe de cellules dans le tronc cérébral appelé le substantia nigra tôt au cours de la maladie « , le Dr Kelly Mills, professeur adjoint de neurologie à Johns Hopkins Medicine dans le Maryland, a déclaré nté.

« L’une des fonctions de ces cellules est de produire un produit chimique appelé dopamine qui est utilisé dans plusieurs autres régions du cerveau, y compris le réseau qui contrôle le mouvement et la vitesse d’initiation, » Mills expliqué.

« Lorsque les agrégats alpha-synucléine dans ces cellules, ils mal fonctionner et ne peuvent pas produire des quantités suffisantes de la dopamine pour permettre le contrôle de mouvement normal. Comme cette accumulation de protéines affecte d’autres parties du cerveau, d’autres symptômes apparaissent au-delà des symptômes du mouvement des tremblements, la lenteur et la rigidité « .

Les personnes vivant avec la maladie de Parkinson peuvent également éprouver des symptômes tels que la perte de l’odorat, des troubles cognitifs, des problèmes gastro-intestinaux et des problèmes de pression artérielle.

Pour certains, les tremblements peuvent considérablement affecter la qualité de vie. Ces personnes ne répondent pas toujours aux options de traitement comme les médicaments par voie orale.

Quand la chirurgie est nécessaire

Pouratian dit lorsque le médicament par voie orale ne parvient pas à aider avec des tremblements, des chirurgies comme celle observée dans la vidéo sont une bonne option.

« Les médicaments peuvent être très efficaces, mais quand ils ne sont pas, on peut et doit envisager la chirurgie si les tremblements sont débilitants. En général, on peut attendre au moins une amélioration de 50 pour cent, mais souvent jusqu’à 90 pour cent d’amélioration des tremblements « , at-il dit.

Pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, il existe deux types de chirurgies du cerveau disponibles.

La première, comme le montre la vidéo, implique lesioning le cerveau.

« Lesioning ou sensation de brûlure, peut être fait avec une procédure ouverte, comme indiqué ici ou avec un traitement par ultrasons focalisés », a déclaré Pouratian.

La lésion empêche le fonctionnement anormal de la partie du cerveau qui provoque des tremblements et permet qu’une partie du réseau du cerveau à « reset » et effectuer des mouvements plus normaux sans tremblements.

Aux États-Unis, le traitement se fait le plus souvent avec la stimulation cérébrale profonde. Dans cette procédure, une électrode placée dans le cerveau émet des impulsions électriques. Cela perturbe le fonctionnement anormal du contrôle des mouvements et peut immédiatement arrêter un tremblement.

« Parce que cela dépend de la stimulation, il ne nécessite pas lesioning le cerveau, ce qui rend réversible et modulable. Cela est devenu préférable parce que si une lésion provoque une complication, il est irréversible, alors qu’avec un stimulateur, nous pouvons simplement désactiver « , a déclaré Pouratian.

En utilisant des techniques similaires, d’autres symptômes de Parkinson tels que la lenteur des mouvements, la raideur, un mouvement excessif et se tordant ou les mouvements de torsion peuvent également être améliorés.

Les experts, cependant, disent des médicaments doit toujours être la première ligne de traitement.

Quant à savoir si ceux qui ont la maladie de Parkinson devraient envisager ce type de chirurgie, Mills a dit qu’il est dépendant d’un certain nombre de facteurs, propres à chaque personne.

« Que ce soit ou non il vaut la peine le risque de la chirurgie chez un individu dépend du degré d’invalidité du tremblement est à l’origine, la probabilité de facilement être traité avec une méthode moins invasive comme les médicaments par voie orale, et d’autres problèmes médicaux qui auraient un impact la candidature chirurgicale de ce patient. Lorsque vous avez terminé dans un centre expérimenté, la procédure est relativement sûre, mais parce qu’il ya toujours des risques, le potentiel de risque doit être évalué par rapport au bénéfice potentiel dans un individu, » at-il dit.